in

À la vie.

À la vie.

Tu es entrée dans mes yeux

comme la lumière secrète d’un soupir,

Je partout te vois, où je me retourne,

dans l’éclosion de la fleur qui s’épanouit,

comme une bougie allumée

brûlante au chant de l’oissillon,

Je sens comme un regret

dans la corolle qui se penche au soleil,

Glisse dans le feu du crépuscule,

pâle mon âme enflammée par l’ancien.

J’en meurs.

Holá vie, tu es dans mes yeux comme un secret de bonheur.

Viens! courons dans le chemin du gel

de ces froides matinées de janvier,

encore, comme une fois nous respirâmes froid,

allons-y! plieé l’herbe tremblait aux bords des rosiers

et nous cueillions des bourgeons trop imberbes,

dans les sillons les dalles se brisent de glace fumante

et la rosée coule parmi les

escarres

comme les blessures d’un aurevoir d’amoureux.

Nous fûtes des jonquilles courbées

sur les bords du fleuve Léthé.

(…)

G.L.

Cosa ne pensi?

1 Blop
Blop

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Due parole soltanto sulla pace e sulla guerra…

Pro e contro della lettura e della scrittura…